le début

 

dessin le chien dans l'allée

 

J'ai mis mes pas dans ceux de l'oiseau. Jusqu'en haut de l'arbre, ça allait. Après il m'a laissé tomber.

 

Qu'aurons-nous fait de ce bout de terre que nous avons pris en charge

Surtout, ne pas transformer la géométrie du terrain, de quel droit ? Construire le chemin d'accès à l'habitation. Ils voulaient que je fasse une route !, c'est ça, oui !, et avec des trottoirs aussi !, comme à Paris !, et même des caniveaux de chez Béton & co ! Ce chemin autoriserait le passage vers la rivière et vers la route pour les trois maisons*,

protéger le chêne pédonculé, l'érable sycomore, le frêne et le Salix fragilis, nettoyer les Alnus glutinosa de la berge, mis à mal par la pollution de la rivière, supprimer le mur de Populus "Robusta", aidé ici par un coup de vent réparateur, boiser vite pour avoir un peu d'ombre et de vie,

planter des essences indigènes glanées dans les bois environnants, essentiellement Fraxinus excelsior, Betula verrucosa, Carpinus betulus et Acer pseudoplatanus, quelques Tilia europaea, mais pas trop, j'aime pas les tisanes, et un peu plus de Prunus avium parce que les cerises, si ;

acheter les premiers conifères Pinus sylvestris et Cedrus deodara et, Acer platanoides. Ca y est ! J'entends déjà les commentaires, du genre, le Wattakaka c'est naturel chez nous ? Le Poliothyrsis, c'est pas français ça ? Et le Zanthoxylum, ça vient d'où ?

Alors là, je dis, stop !

D'abord, j'aime bien recevoir les étrangers (enfin, des gens d'Ailleurs) et je ne suis pas non plus réticent à leurs invitations. Ces échanges produisent toujours les meilleurs fruits quand l'hybridation est naturelle. C'est, au fond, la même démarche que je poursuis au jardin, certes, avec des éléments plus coopératifs (mon chien partage aussi cet à vie, et la vie de mon chien c'est important). Ensuite, les cultivars sont pratiquement absents du jardin, les hybrides naturels sont bien accueillis mais les autres sont franchement refusés ; ils commencent par manipuler la génétique du végétal et, asseyons-nous cinq minutes pour voir où nous en sommes, c'est pas un tout petit peu effrayant ? Aussi ?

*trois maisons parce qu'il y en a deux pour mes sœurs, une pour chaque. Je vous avais dit que j'avais deux sœurs ? C'est important pourtant

qui sont ces étrangers
déjà là quand j'arrive